Quintette
Pierre GROUT, Roer BOULME, René LEROY, Pierre JAMET, René BAS
Le Quintette Instrumental Pierre Jamet

1922-1940 : René Leroy
1940-1958 : Gaston Crunelle

A la suite de sa première rencontre avec Claude Debussy, en 1917, Pierre Jamet développa l’exploration des possibilités sonores encore inconnues de la harpe, en suscitant la curiosité et l’intérêt de nombreux compositeurs : la ballade dans le goût irlandais pour harpe et orchestre composée pour lui par D.-E. Inghelbrecht est un exemple. La période 1912-1922 représente dix années de recherches personnelles, rencontres avec de nombreux artistes et compositeurs, concerts en solistes...
Le répertoire de musique de chambre avec harpe s’est élargit surtout à partir de la naissance du " Quintette Instrumental de Paris " en 1922. En effet, trouvant que les sonorités de la flûte, de l’alto et de la harpe, dans la Sonate de Debussy, étaient une réussite, René Leroy, à la suite d’un concert avec Pierre Grout et Marcel Grandjany, eut l’idée d’ajouter un violon et un violoncelle. Digne des illustres quatuors à cordes comme ceux d’Eugène Ysaye ou Lucien Capet qui eurent beaucoup de succès à la fin du siècle précédent, le " Quintette Instrumental de Paris " fut admiré pendant plus de 35 ans pour la richesse et la variété de ses timbres.
Il est composé à l’origine de René Bas au violon, Pierre Grout à l’alto, Roger Boulmé au violoncelle et Marcel Grandjany à la harpe. Ce dernier ne fit que quelques répétitions puis partit pour les Etats-Unis : il fut remplacé en 1924 par Pierre Jamet. La seconde guerre mondiale a coupé leur élan : entre les années 1940 et 1944, Roger Boulmé mort à la guerre fut remplacé par Marcel Frecheville, Pierre Grout par Etienne Ginot et René Leroy par Gaston Crunelle. Dès 1945, les musiciens ont le désir de reprendre les concerts et choisissent ensemble de renommer le " Quintette Instrumental Jamet ". Cette nouvelle formation est composée de Gaston Crunelle (flûte), René Bas (violon), Georges Blanpain (alto) et Robert Krabansky (violoncelle) et poursuivra une brillante carrière jusqu’en 1958. René Bas et Pierre Jamet restent donc le noyau de cet ensemble. Les deux flûtistes ont chacun à leur manière un rôle déterminant dans l’évolution musicale du quintette. Les trois formations ont un dynamisme qui permit de nombreux enregistrements dont quelques extraits vous sont proposés dans ce double CD.
Les programmes initiaux de l’ensemble comportent des œuvres spécifiques pour cette formation. Ces musiciens passionnés de musique de chambre et ayant la volonté d’exhumer de nombreuses œuvres, interprètent, tel que le décrit Florent Schmitt dans un article sur le Quintette Instrumental Jamet, " des quatuors avec ou sans harpe, avec ou sans flûte, en trios à cordes, en trios sans violon et sans violoncelle comme la sonate de Debussy, voire jusqu’au plus simple duo, témoin de l’astucieuse et magnifique sonate de Ravel pour violon et violoncelle...Il embrasse plusieurs siècles d’histoire de la musique, en partant de Couperin, Rameau, Petrini… ". La Sonate pour flûte, alto et harpe de Debussy est le premier grand succès du quintette qui s’enrichit à chaque saison d’apports nouveaux.
Le concert à cinq opus 7 de Joseph Jongen, créé le 3 décembre 1923, ouvre les voies vers la création. Beaucoup de compositeurs suivront : le Quintette Instrumental assurera environ cinquante créations dont une vingtaine sont encore éditées et jouées aujourd’hui. En dehors des œuvres enregistrées dans ce disque, peu de temps après leur création, citons Robert Casadessus, Jean Cras, Yvonne Desportes, André Jolivet (dont la partie de harpe a été écrite avec Pierre Jamet), Arthur Honegger, Jacques Ibert, D.-E. Inghelbrecht, Vincent d’Indy, Charles Koechlin, Daniel Lesur, Fransceco Malipiero, Jacques Pillois, Jean-Guy Ropartz, Henri Tomasi, Marcel Tournier… " Ce fut un apostolat, tant nous étions tous possédés par cette création. Nous fûmes après des années de travail, récompensés par les nombreux compositeurs qui loin d’être insensibles à nos efforts, nous ont laissé des œuvres impérissables avec lesquelles nous avons fait le tour de toutes les capitales du monde (à peu près 1800 concerts à notre actif). " (Pierre Jamet, bulletin AIH 1985).
Le quintette connaît alors une renommée internationale : France, Suisse, Belgique, Allemagne, Italie, Espagne, Portugal, Grande-Bretagne, Hollande, Suède, Pologne, Autriche, Yougoslavie, Egypte, Maroc, Algérie, Canada, Etats-Unis. On ne peut qu’admirer aujourd’hui la passion de ces musiciens passionnés qui " partaient avec foi à travers le monde pour faire quelque chose de nouveau " (Pierre Jamet bulletin AIH 1968).
Florent Schmitt écrit : " les cinq virtuoses, par une persévérance et un labeur incessants, sont arrivés à un tel point d’entente et de fusion qu’ils n’en forment pour ainsi dire qu’un seul et unique, mais combien séduisant et émouvant ! ". Un nombre impressionnant d’articles de presse font l’éloge de leur grand professionnalisme, mettant en valeur la qualité dans la conception même des programmes, leur soucis de compréhension des œuvres, leur incomparable et exceptionnel talent dans l’exécution.


Anne Ricquebourg
(extrait du livret du double CD de Pierre Jamet, réalisé pour les 40 ans de l’Association Internationale des Harpistes et Amis de la Harpe)

AIH.AH Page d'accueil