PLAN DE LA RUBRIQUE
1- Antiquité
2-Période classique
3-Période romantique
4-Période contemporaine



Emma Consolini
Vera Dulova
Marcel Grandjany
Alphons Hasselmans
Pierre Jamet
Alfred Kastner
Lily Laskine
L.M. Magistretti
Raphael Martenot
Denise Mégevand
Franz Poenitz
Henriette Rénié
Ricardo Ruta
Carlos Salzedo
Edmund Schuecker
Luisi Tedeschi
John Thomas
Marcel Tournier
Hans Trnecek
Nicanor Zabeleta
Albert Zabel

retour

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Haut de page

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Haut de page

précédent

GRANDS HARPISTES
4- PERIODE CONTEMPORAINE

Nouveau chaînon entre les romantiques et les contemporains, les frères Thomas.
John (Bridgent, 1826-Londres, 1913) jouait concurremment de la harpe d'Erard et de la harpe galloise, et, tout jeune, avait remporté la harpe d'argent à l'Eisteddfod d'Abergawny. Elève de Chatterton, il lui succéda comme professeur à la Royal Academy of Music et harpiste de la reine Victoria (1871). En 1861, il avait été nommé Pencerd Gwalia (chef des harpistes gallois), ayant restitué ( chant et harpe ) une intéressante collection de chansons traditionnelles galloises. Son frère, Thomas (Bridgent, 1829-Ottawa, 1913), s'est fait appeler Aptommas, pour se différencier de son aîné. Après de nombreux concerts en Europe, il s'est fixé aux Etats-Unis, où il a enseigné.
Dans la seconde moitié du XIX ème siècle beaucoup de harpistes européens iront jouer et enseigner en Amérique, tradition qui ne s'est pas perdue de nos jours avec des harpistes comme
Salzedo, Grandjany ou Zighera.

L'École allemande est représentée par:
Albert Zabel (Berlin, 1835-Saint-Pétersbourg, 1910). Protégé de Meyerbeer, après de grandes tournées en Europe et en Amérique, il fut nommé, en 1854, harpiste des ballets impériaux et professeur au Conservatoire de Saint-Pétersbourg.
Edmund Schuecker (Vienne, 1860-Boston, 1913), harpiste au Gewandhaus de Leipzig (1884-1891), fut engagé au Metropolitan opera de New York (1920), puis à l'orchestre symphonique de Boston. Schuecker a formé de nombreux élèves, en particulier Johannes Snoer (Amsterdam, 1868-Vienne, 1936), qui fut, lui aussi, harpiste du GewandLaus de Leipzig (1894), et de l'orchestre de Bayreuth (1902-1904).
Franz Poenitz (Bischofswerda, 1850-Berlin, 1913) fut harpiste de l'Orchestre royal de Berlin (1866) et virtuose de la Chambre (1891).
Alfred Kastner (Vienne, 1870-Hollywood, 1948) fut harpiste de l'Opéra de Varsovie et professeur à l'Académie de Budapest (1892-1898). Après une tournée de concerts en Europe, il s'est fixé en Angleterre dès 1904.
Hans Trnecek (Prague, 1858-1914), après avoir été harpiste de la cour de Schwerin, revint dans sa ville natale comme professeur au Conservatoire (1888).

Parmi les Italiens qui eurent une renommée européenne, citons:
Luigi Tedeschi (Turin, 1867\Milan, 1944), qui est considéré comme le maître de l'école de harpe italienne. (Elève de Félix Godefroid, après plusieurs tournées en Europe, il fut nommé professeur au Lycco Musical de Milan (1902). Il a revisé le répertoire didactique de la harpe);
Ricardo Ruta (Anversa, 1876-Palerme, 1919), qui enseigna aux Conservatoires de Turin, puis de Palerme;
Emma Consolini (Parme, 1864-Bologne, 1936), qui fut successivement professeur aux écoles musicales de Pesaro, Bologne et Parme,
Luigi Maria Magistretti (Milan, 1887-1956), qui a, durant toute sa vie, accompli de nombreuses tournées en Europe. Elle a été, de 1910 à 1914, professeur au Conservatoire Klindworth-Scharwenka de Berlin.

En Russie:
Vera Dulova (1909-2000)

En Espagne:
Nicanor Zabaleta ( -1992)

Mais, sans vaine forfanterie, il faut constater la prédominance de l'École française, parmi les harpistes contemporains de réputation internationale, et c'est au Conservatoire de Paris que viennent se perfectionner quantité de harpistes étrangers, qui retournent ensuite enseigner les méthodes françaises dans leurs pays respectifs.

Alphonse Hasselmans (Liège, 1845-Paris, 1912), successeur d'Ange-Conrad Prumier au Conservatoire de Paris, a su, tant par son enseignement que par ses succès de virtuose, remettre la harpe en vogue auprès du public et des compositeurs. Il a formé l'École de Harpe contemporaine. Tous les harpistes suivants sont ses élèves:

Raphaël Martenot (Paris, 1875-1918), harpiste à l'Opéra-Comique et à la Société des Concerts, a enseigné par intérim au Conservatoire, entre 1914 et 1916. Il est l'auteur d'une Méthode de harpe toujours en usage.

Marcel Tournier (Paris, 1879-1951), élève pour la harpe de Martenot et d'Hasselmans. Il était plus professeur que virtuose, et la plupart des harpistes qui se font applaudir en France et à l'étranger actuellement lui sont redevables de leur technique.

Henriette Renié (Paris, 1875-1956) eut un premier prix de harpe au Conservatoire à l'âge de dix ans, elle s'est fait entendre en soliste avec les orchestres du monde entier.

Carlos Salzedo (Arcachon, 1885-Wateville, 1961), après avoir remporté, en 1901, un premier prix de piano (classe Bériot) et un premier prix de harpe (classe Hasselmans) au Conservatoire, est engagé comme harpiste au Metropolitan Opera de New York (1909-1913). Fixé aux Etats-Unis, il prend la nationalité américaine et fonde avec Varèse la Guilde des Compositeurs (1921). Président de l'Association des Harpistes (1920), professeur à l'Institut Curtiss (Philadelphie, 1924) il a fondé à Camden (Maine) une école estivale, fréquentée par les harpistes du monde entier.

Marcel Grandjany ( Paris,1891-New York,1975 ) Harpiste Américain né en France. Son influence comme professeur fut immense, et ses nombreuses compositions pour harpe seule et ensembles sont très intéressantes et extrêmement bien écrites pour l'instrument.

Lily Laskine ( Paris,1893-Paris,1988 ) Enfant prodige, elle obtint son premier prix du Conservatoire de Paris à l'age de 12 ans. A 16 ans elle fut la première femme à être nommé à l'Orchestre de l'Opéra. Elle a enseigné dix ans au Conservatoire de Paris.

Pierre Jamet ( 1893-1991) Eminent harpiste, grand pédagogue, il travailla avec Claude Debussy dont on connaît l'exigence. Il est le fondateur de l'Association Internationale des Harpistes et Amis de la Harpe.

Denise Mégevand (27 Mai1917-27 Décembre2004) Harpiste française d'origine suisse, après des études avec Lily Laskine elle s'est spécialisée dans la harpe celtique vers les années 50 et ouvre en grande pionnière les portes du renouveau harpistique breton.